2
Routh trouve grâce aux yeux de Boaz
Or Naomi connaissait un parent de son homme, un homme puissant, talentueux, de la famille d'Éliymelek, son nom était Boaz. Et Routh, la Moabite, dit à Naomi : S'il te plaît, laisse-moi aller glaner des épis dans le champ de celui aux yeux duquel je trouverai grâce. Elle lui dit : Va, ma fille. Elle alla et entra glaner dans un champ derrière les moissonneurs. Il arriva qu'elle se trouva accidentellement dans un champ appartenant à Boaz, de la famille d'Éliymelek. Et voici, Boaz arriva de Bethléhem, et il dit aux moissonneurs : Que YHWH soit avec vous ! Et ils lui répondirent : Que YHWH te bénisse ! Et Boaz dit à son serviteur qui était établi sur les moissonneurs : À qui est cette jeune fille ? Et le serviteur qui était établi sur les moissonneurs répondit et dit : C'est une jeune femme moabite qui est venue avec Naomi des Champs de Moab. Elle nous a dit : Laissez-moi, s'il vous plaît, glaner et ramasser des épis entre les gerbes derrière les moissonneurs. Et, depuis qu'elle est venue ce matin jusqu'à présent, elle est restée debout et s'est assise à peine dans la maison. Alors Boaz dit à Routh : Écoute, ma fille, ne va pas glaner dans un autre champ. Ne t'éloigne pas d'ici, mais reste ici auprès de mes jeunes filles. Que tes yeux soient sur le champ qu'on moissonne et tu iras après elles. N'ai-je pas ordonné à mes serviteurs de ne pas te toucher ? Et si tu as soif, tu iras aux vases et tu boiras de ce que les serviteurs auront puisé. 10 Alors elle tomba sur sa face et se prosterna contre terre. Et elle lui dit : Comment ai-je pu trouver grâce à tes yeux pour que tu prêtes attention à moi, alors que je suis une étrangère ? 11 Boaz lui répondit et dit : On m'a raconté, on m'a raconté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis que ton mari est mort, comment tu as laissé ton père et ta mère, la terre de ta naissance, et tu es venue vers un peuple que tu ne connaissais pas ni d'hier ni d'avant-hier. 12 Que YHWH récompense ton œuvre et que ton salaire soit entier de la part de YHWH, l'Elohîm d'Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier ! 13 Elle dit : Mon seigneur, je trouve grâce à tes yeux, car tu m'as consolée et tu as parlé selon le cœur de ta servante, bien que je ne sois pas, moi, comme l'une de tes servantes. 14 Boaz lui dit encore à l'heure du repas : Approche-toi d'ici, et mange du pain, et trempe ton morceau dans le vinaigre. Et elle s'assit à côté des moissonneurs. Et il lui donna du grain rôti, et elle en mangea, et fut rassasiée, et garda le reste. 15 Elle se leva pour glaner. Et Boaz ordonna à ses serviteurs en disant : Qu'elle glane même entre les gerbes et ne l'insultez pas. 16 Et vous retirerez même pour elle des gerbes quelques épis que vous lui laisserez glaner et vous ne devez pas la réprimander. 17 Elle glana dans le champ jusqu'au soir et elle battit ce qu'elle avait glané, et il y eut environ un épha d'orge. 18 Et elle l'emporta, entra dans la ville, et sa belle-mère vit ce qu'elle avait glané. Elle sortit aussi ce qu'elle avait gardé de reste, après avoir été rassasiée, et elle le lui donna. 19 Alors sa belle-mère lui dit : Où as-tu glané aujourd'hui et où as-tu travaillé ? Béni soit celui qui t'a reconnue ! Et elle raconta à sa belle-mère chez qui elle avait travaillé, et dit : L'homme chez qui j'ai travaillé aujourd'hui s'appelle Boaz. 20 Et Naomi dit à sa belle-fille : Qu'il soit béni de YHWH, qui n'abandonne pas sa bonté envers les vivants et les morts ! Et Naomi lui dit : Cet homme est un proche parent, et il est un de ceux qui ont sur nous le droit de rachat1. 21 Et Routh, la Moabite, dit : Il m'a même dit : Reste avec mes serviteurs jusqu'à ce qu'ils aient achevé toute la moisson qui m'appartient. 22 Et Naomi dit à Routh, sa belle-fille : Ma fille, il est bon que tu sortes avec ses jeunes filles et qu'on ne te rencontre pas dans un autre champ. 23 Elle resta avec les jeunes filles de Boaz, afin de glaner jusqu'à la fin de la moisson des orges et la moisson des blés. Et elle habitait avec sa belle-mère.
12:20En hébreu, le verbe « racheter » se dit « ga'al », ce qui signifie « racheter, être racheté, venger, se venger, vengeur de sang ». Ce terme est employé pour désigner le fait d'épouser la veuve d'un frère pour lui susciter une descendance (De. 25:5-6), racheter une terre, un bien, un esclave (Lé. 25:24-55), ou encore, venger une personne assassinée (No. 35:21). Sous l'ancienne alliance, la loi prévoyait qu'un proche parent puisse exercer le droit de rachat dans l'un des cas évoqués afin que justice soit rendue et pour éviter que les biens acquis par une famille ne soient dispersés en dehors du clan familial. Le rédempteur était donc celui qui exerçait le droit de rachat par le paiement d'une rançon. Sous la nouvelle alliance, le Seigneur Yéhoshoua est le rédempteur suprême qui nous a rachetés de l'esclavage imposé par le diable en donnant sa propre vie en rançon (Ga. 3:13 ; Ro. 3:23-24).