7
Ayant donc ces promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, achevant la sainteté dans la crainte d'Elohîm. Laissez-nous un espace ! Nous n'avons fait de tort à personne, nous n'avons corrompu personne, nous n'avons pillé personne. Je ne parle pas pour condamner, car je vous ai déjà dit que vous êtes dans nos cœurs pour mourir ensemble et pour vivre ensemble. J'ai une grande liberté envers vous, j'ai grand sujet de me glorifier de vous. Je suis rempli de consolation, je suis comblé de joie dans toute notre tribulation. Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n'eut aucun repos, mais nous avons été oppressés de toutes parts. Des combats au-dehors et des craintes au-dedans.
La douleur selon Elohîm conduit à la repentance
Mais celui qui console les humbles, Elohîm, nous a consolés en la parousie de Titos, et non seulement en sa parousie, mais aussi par la consolation dont il a été consolé à votre sujet, nous faisant connaître votre ardent désir, vos larmes, votre affection ardente pour moi, de sorte que je m'en suis extrêmement réjoui. Parce que si je vous ai attristés par ma lettre, je ne m'en repens pas. Si même je m'en suis repenti – car je vois que cette lettre vous a attristés, bien que pour une heure – je me réjouis maintenant, non de ce que vous avez été attristés, mais de ce que vous avez été attristés pour la repentance, car vous avez été attristés selon Elohîm, de sorte que vous n'avez reçu aucun dommage de notre part. 10 Car la douleur selon Elohîm produit une repentance à salut dont on n'a pas de regret, tandis que la douleur du monde produit la mort. 11 Car voici, cette même tristesse qui est selon Elohîm, quel empressement n'a-t-elle pas produit en vous ! Mais quelle plaidoirie ! Mais quelle indignation ! Mais quelle crainte ! Mais quel grand désir ! Mais quel zèle ! Mais quelle vengeance ! Vous vous êtes montrés de toute manière purs dans cette affaire. 12 Si donc je vous ai écrit, ce n'était ni à cause de celui qui a fait le mal, ni à cause de celui à qui le mal a été fait, mais pour rendre manifeste chez vous, en présence d'Elohîm, votre empressement pour nous. 13 Raison pour laquelle, nous avons été consolés par votre consolation. Mais nous avons été réjouis d’autant plus abondamment de la joie de Titos, dont l'esprit a été mis en repos par vous tous. 14 Parce que si en quelque chose je me suis glorifié de vous auprès de lui, je n'en ai pas été confus ; mais comme nous avons toujours dit toutes choses selon la vérité, ainsi ce dont je m'étais glorifié auprès de Titos est devenu vérité. 15 Et ses entrailles sont au plus haut degré pour vous, se souvenant de votre obéissance à tous, et la crainte, le tremblement avec lequel vous l’avez reçu. 16 Je me réjouis parce qu'en toute chose j'ai confiance en vous.